LES CHANTS DE LOSS / ed. Matagot / en cours

Ce JDR a séduit Laurent…

Publicités

Je me permet de faire de la pub pour mon chouchou du moment: LES CHANTS DE LOSS qui a presque été financé en une heure ! J’en reviens pas, j’avais peur que ce projet ait du mal mais je me mettais le doigt dans l’œil jusqu’au cerveau.

Voila donc si comme moi vous aimez les projets très originaux et personnels, la science-fantasy, les bateaux volants, le da-vinci punk et les dinosaures vous pouvez foncer.

Je ne suis pas objectif déjà à octogone cette année je vendais pour le compte des éditions stellamaris les romans et le kit d’initiation des chants de loss avec un grand plaisir. Ensuite ça fait longtemps que j’aime le travail d’Axelle Bouet l’autrice principale depuis longtemps puisqu’elle était illustratrice sur tigres volants et j’aime vraiment bien les éditions du matagot.

Bref un jeu pour moi donc j’en ferais surement une campagne à la mjc pour la saison 2019/2020 la temps d’avoir le jeu.

loss1

Lien vers la campagne de financement

Présentation du monde de Loss

Les Chants de Loss ont pour décor la planète éponyme, un monde sauvage et presque vierge, aussi beau qu’hostile. Sous un ciel barré par l’éclat bleuté de la géante gazeuse Ortentia, une constellation de cités-États, d’empires et de nations tribales cohabitent avec une faune démesurée, étrange, merveilleuse et effrayante qui domine le monde sauvage. À l’abri des murs de leurs villes et de leurs villages, les sociétés lossyannes prospèrent sous les frémissements d’un âge d’or de la technologie Da Vinci-Punk.

La source de celle-ci ? Le loss-métal, qui permet de faire léviter les navires, construire les plus fantastiques palais et les plus épaisses murailles, et produire la mystérieuse électricité qui alimente déjà les premières machines-outils et de nouvelles armes. Une ressource qui est plus convoitée encore que le second bien le plus précieux de ce monde : les femmes. Le Loss-métal est plus rare que l’or, bien plus cher, autrement plus sacré… mais il est craint, aussi. Car il est la source du pouvoir des Chanteurs de Loss, qui peuvent, de quelques notes, entrer en résonnance avec lui, contrôler la gravité, l’électromagnétisme, la vie… et défier les dieux. Les Chanteurs de Loss sont rarissimes et ils sont pourchassés. L’Église est sans équivoque sur leur destin : la mort ou l’asservissement.

Un empire domine les Mers de la Séparation, l’Hégémonie d’Anquimenès, fief de l’Église du Concile Divin qui a écrasé presque toutes les autres formes de culte. Elle impose partout ses dogmes et malheur à qui les défie. Mais une cité-État ose pourtant lui tenir tête et rassembler des alliés : Armanth, capitale de l’Athémaïs, la Cité des Maitres-marchands, havre des savants et des libres penseurs. Également connue comme la cité aux cent mille esclaves.

Entre ces deux puissances, nombre de forces s’exercent dans l’ombre pour décider du destin des Lossyans. Tous ces individus luttent avant tout pour survivre et faire pencher la balance à leur avantage. Ils sont chamans, hérétiques ou apostats, Femmes d’Épée ou esclaves en fuite, membres de sociétés secrètes, pirates, chanteurs de loss, terriens perdus débarqués nus sur ce monde, fanatiques ou progressistes, et tous espèrent révolutionner un monde qui bouillonne perpétuellement des bruits de la guerre.

Et au milieu de ce chaudron prêt à déborder, il y a les Adventores, les aventuriers… Ils viennent de toutes les cultures, parfois de la Terre elle-même, à leur corps défendant ! Ils sont capitaine, combattant, négociant, chasseur d’artefact, génie ou marin, hommes ou femmes ayant choisi, dans ce monde aux traditions pesantes, de voyager, d’explorer, de trouver gloire, richesse et Légende. Qu’ils soient mercenaires, explorateurs, au service d’un puissant Espicien ou d’un Maitre-marchand, ou simplement de pauvres hères malchanceux jetés sur les routes, leurs actions changent le monde et les règles. La civilisation lossyanne est sexiste, patriarcale, esclavagiste, injuste et cruelle. Mais elle est aussi à la croisée des chemins. Et celui-ci sera écrit avec la Légende de quelques aventuriers curieux, avides ou simplement audacieux, qui auront défié ou transcendé ces règles.

Et c’est à vous de les incarner.

loss2

Description du système de jeu

Le système de jeu Les Chants de Loss privilégie l’héroïsme et l’action : une Action se résout en additionnant un trait, un talent et le résultat d’un jet de dé à dix faces (d10). Le but est d’atteindre ou dépasser laDifficulté de l’Action à réussir. La Difficulté Moyenne est de 15, elle s’applique pratiquement à tous les cas. Cependant le système privilégie la prise de risque calculée, c’est au joueur de décider d’augmenter cette difficulté pour en retirer des avantages. C’est ce qu’on appelle tenter un Exploit. Ce peut être fait en toutes circonstances et permet de bénéficier d’effets spéciaux variés, mais aussi de conserver des avantages pour plus tard, les Fursas, qui peuvent même être donnés à un autre joueur. Rater un Exploit a des conséquences : l’adversaire gagne alors en Fursas ce que le joueur espérait obtenir en avantages, ce qui se retournera tôt ou tard contre lui ou le reste de la table. C’est donc un jeu à pari risqué : on peut tout y tenter, presque rien n’est impossible. Mais tout choix comporte des risques à la hauteur du défi à relever.

Les Chants de Loss fait la part belle au concept des Vertus :Honneur, Courage et Sagesse définissent les bases du personnage et influencent la personnalité du héros qu’incarne le joueur. Elle ne lui permettent pas seulement de tenter des exploits hors du commun, elles guident ses valeurs. Chaque action d’éclat a une conséquence sur ces valeurs morales qui sont au cœur même du monde de Loss. Les Vertus influencent tout et guident l’interprétation du personnage dans l’univers de Loss.

Enfin, un personnage est défini par son Archétype de héros, qu’il soit combattant, négociant, capitaine, navigateur, chaman ou chasseur d’artefacts. Dans son domaine de prédilection, il est forcément le meilleur, quels que soient ses talents et son métier par ailleurs. La Légende qu’il va forger avec ses aventures lui ouvre de nouvelles capacités, donnant réalité aux récits et aux mythes qui se racontent à son sujet. Quant aux antagonistes de Loss, les plus communs sont des Sbires : ils représentent un risque limité pris isolément, à l’instar des masses d’ennemis anonymes des films d’action et de cape et d’épée. Mais bien entendu, quand ils sont nombreux, ils représentent un danger réel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s